vendredi 31 mars 2017

MÉLENCHON ET SES MÉLENCHONNETTES


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

JEAN-LUC MÉLENCHON LORS DE SON 
MEETING AU HAVRE LE 29 MARS 2017 
PHOTO CHARLY TRIBALLEAU
BAROMÈTRE FIGARO MAGAZINE - À moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat de la France insoumise engrange 19 points dans notre baromètre Kantar Sofres-OnePoint.





Source Le Figaro Magazine
Du jamais-vu! Dix-neuf points de progression en un mois pendant une campagne présidentielle! Incontestablement, Jean-Luc Mélenchon est en train de devenir la star de la période. Le candidat de la France insoumise bénéficie à plein de l'effet d'image lié à sa présence au premier débat télévisé sur TF1. S'il progresse logiquement à gauche (+ 21 points, à 68 %) il monte auprès des sympathisants socialistes (+ 18, à 55 %) et même à droite (+ 10 points, chez les Républicains!). Jean-Luc Mélenchon fait carton plein en termes de popularité grâce à sa faconde, son sens du débat et ce qui a pu apparaître comme une certaine authenticité.


Mais tout l'enjeu pour le candidat est de transformer cette cote d'avenir en intentions de vote. Sa progression lui a permis de dépasser Benoît Hamon, mais il reste encore loin de François Fillon et très loin du duo de tête Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Il lui reste deux débats, les 4 et 20 avril prochains, pour continuer le combat. Même s'il a annoncé mardi qu'il ne voulait pas participer au dernier organisé par France 2. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

SPECTACULAIRE PERCÉE DE JL #MÉLENCHON QUI PREND LA TÊTE DU BAROMÈTRE #KANTARSOFRES @ONEPOINT #FIGAROMAGAZINE


La percée de Mélenchon s'accompagne d'une hausse de popularité des personnalités de gauche (Hamon, Aubry, Besancenot, Montebourg). Un élément à prendre en compte dans une France que l'on disait jusqu'ici à droite.

François Fillon: -8

Le calvaire continue pour le candidat de la droite. Depuis décembre 2016 sa cote d'avenir a perdu 23 points, dont 8 encore ce mois-ci. Seuls 66 % des sympathisants Républicains lui sont encore favorables (- 10 points). 9 % seulement chez ceux du PS!

Nicolas Dupont-Aignan: +4

C'est l'autre vainqueur du premier débat télévisé de la campagne… alors qu'il n'y a pas participé. Mais en quittant la veille le plateau du «20 heures» de TF1, le candidat de Debout la France! a marqué des points, notamment chez les sympathisants Républicains (+ 6, 3 %) et FN (+ 12, 22 %).


mercredi 29 mars 2017

CHILI: PAS DE VISA DIPLOMATIQUE POUR LE MINISTRE BOLIVIEN DE LA DÉFENSE



[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


LES MILITAIRES ET DOUANIERS BOLIVIENS
AU TRIBUNAL D'IQUIQUE, LE 20 MARS 2017.
« La seule chose que je peux faire c'est vous confirmer (...) que nous avons refusé le visa au ministre de la Défense » bolivien Reimy Ferreira, a indiqué le ministre chilien des Affaires étrangères Heraldo Muñoz, lors d'une visite à Genève avec la présidente Michelle Bachelet, cité par le journal chilien El Mercurio.
    
« C'est une des personnes qui a le plus nui aux relations bilatérales entre le Chili et la Bolivie », a ajouté Heraldo Muñoz. Reimy Ferreira, a-t-il insisté, a lancé un appel au boycott des produits chiliens et « a évoqué en des termes insultants la présidente de la République et le Chili », a conclu le ministre chilien.

Différend centenaire

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


 LE MINISTRE BOLIVIEN DE LA
DÉFENSE  REYMI LUIS FERREIRA
PHOTO EFE
Le ministre bolivien de la Défense comptait aller au Chili pour y rendre visite à deux soldats et sept fonctionnaires des douanes de son pays actuellement en détention provisoire. Ils sont accusés d'avoir volé un camion à la frontière. Le gouvernement bolivien assure qu'ils étaient en train de le contrôler et demande des preuves du vol. L'incident a un peu plus exacerbé les tensions entre les deux pays frontaliers qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1978.
    
Un différend centenaire oppose les deux pays depuis que la Bolivie a perdu 120.000 km2 de territoire et 400 km de côtes à l'issue de la guerre du Pacifique (1879-1883) contre le Chili. Désormais enclavée, la Bolivie, pays le plus pauvre d'Amérique du Sud, n'a cessé de réclamer un accès souverain à la mer, sans lequel son économie est pénalisée.

mardi 28 mars 2017

MANDELA DAY, SIMPLE MINDS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]



[ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 
« MANDELA DAY » EST UNE CHANSON DU GROUPE DE ROCK ÉCOSSAIS SIMPLE MINDS. 
ELLE SORT EN FÉVRIER 1989 COMME FACE B DU SINGLE BELFAST CHILD
LICENCE YOUTUBE STANDARD  
DURÉE : 00:05:29

    AFRIQUE DU SUD : AHMED KATHRADA, FIGURE DE LA LUTTE ANTI-APARTHEID, EST MORT


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    NELSON MANDELA ET AHMED KATHRADA
    Le vétéran de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud Ahmed Kathrada, compagnon de cellule de Nelson Mandela dans la prison de Robben Island, est mort mardi 28 mars à Johannesburg à l’âge de 87 ans, des suites d’une opération, a annoncé la fondation qui porte son nom.
    Le Monde.fr avec l'AFP
    AHMED KATHRADA
    «LFondation Ahmed Kathrada est très triste d’annoncer la mort du vétéran de l’ANC Ahmed Kathrada, 87 ans, ce matin à l’hôpital Donald Gordon de Johannesburg. » Il est mort « en paix » des suites d’une opération chirurgicale au cerveau, a ajouté la Fondation dans un communiqué.


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    POCHETTE DE
    «MANDELA DAY»
     
    [ Pour écoutercliquer sur la flèche ] 
    « MANDELA DAY » EST UNE CHANSON DU GROUPE DE ROCK ÉCOSSAIS SIMPLE MINDS.
     
    ELLE SORT EN FÉVRIER 1989 COMME FACE B DU SINGLE BELFAST CHILD

     LICENCE YOUTUBE STANDARD  
    DURÉE : 00:05:29

    Ancien député et conseiller du président Mandela pendant son seul mandat à la tête de l’Afrique du Sud (1994-1999), il faisait partie du premier cercle des dirigeants historiques du Congrès national africain (ANC). Surnommé « Oncle Kathy », il s’était notamment illustré à la fin des années 1980 lors des négociations entre l’ANC et le régime blanc qui ont abouti au début des années 1990 à la chute de l’apartheid et aux premières élections libres du pays en 1994.

    « C’est une grande perte pour l’ANC, plus largement pour le mouvement de libération et l’Afrique du Sud, a déploré le directeur de la fondation, Neeshan Balton. Kathy était une source d’inspiration pour des millions de gens à travers le monde. »


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    AHMED KATHRANA, SURNOMMÉ « ONCLE KATHY », S'ÉTAIT NOTAMMENT ILLUSTRÉ 
    À LA FIN DES ANNÉES 1980 LORS DES NÉGOCIATIONS ENTRE L'ANC ET LE RÉGIME
    BLANC QUI ONT ABOUTI AU DÉBUT DES ANNÉES 1990 À LA CHUTE DE L'APARTHEID 
    ET AUX PREMIÈRES ÉLECTIONS LIBRES DU PAYS EN 1994. PHOTO  AFP

    « Un révolutionnaire déterminé »

    « Le camarade Kathy était une bonne âme, humaine et humble », a pour sa part réagi son compagnon d’armes et membre de sa fondation Derek Hanekom. « C’était un révolutionnaire déterminé qui a donné sa vie entière au combat pour la liberté dans notre pays », a-t-il ajouté, cité par la fondation.

    Né le 21 août 1929 dans une petite ville de ce qui était alors la province du Transvaal-Occidental, dans une famille d’immigrés indiens, il avait quitté l’école à 17 ans pour participer à la lutte contre les lois sur l’habitat séparé.


    AHMED KATHRADA, FIGURE DE LA LUTTE ANTI-APARTHEID
    Ahmed Kathrada avait été arrêté en 1963 avec Nelson Mandela et une partie de l’état-major de l’ANC dans leur QG clandestin de Johannesburg et inculpé de sabotage. Condamné l’année suivante à la réclusion à perpétuité, il a rejoint le pénitencier de Robben Island et n’en est sorti que vingt-six ans plus tard.

    Dans son autobiographie Un long chemin vers la liberté, Nelson Mandela évoque sa première rencontre à Robben Island avec ce jeune membre « impétueux » du Congrès sud-africain indien, qui représentait alors la communauté indienne. « Kathy était un type élancé, pas habitué au dur labeur physique », écrit-il en référence aux travaux forcés imposés aux détenus. « Madiba » se souvient que les gardiens raillaient ses difficultés à soulever une brouette pleine de pierres. Mais sitôt de retour dans sa cellule, Kathy redevenait l’enseignant et le fin politique qui s’est illustré à la fin des années 1980 lors des négociations entre l’ANC et le régime d’apartheid.

    « La liberté n’est pas tombé du ciel »


     AHMED KATHRADA & BARBARA HOGAN
    Tout au long de sa vie, il est resté très pudique sur les conditions de sa détention. « La liberté n’est pas tombée du ciel, nous avons combattu pour cette liberté, fait des sacrifices », dira-t-il simplement. Depuis la mort de Nelson Mandela en 2013, Ahmed Kathrada était l’un des trois derniers survivants du procès dit de Rivonia.

    Depuis sa retraite politique en 1999, il dirigeait la fondation qui porte son nom pour lutter contre les inégalités et promouvoir les droits humains. Récemment, il était sorti du silence et de sa retraite pour critiquer la marche prise par l’ANC sous la direction de l’actuel président, Jacob Zuma.

    En 2016, il avait pris la plume pour lui demander de démissionner après sa condamnation dans l’affaire de la rénovation de sa résidence privée par des fonds publics. Il n’avait pas manqué non plus de dénoncer la corruption qui gangrène son parti.

    Jamais marié, sans enfants, il a partagé les dernières années de sa vie avec une pasionaria de la lutte anti-apartheid, Barbara Hogan.


    SUR LE MÊME SUJET :
    MANDELA
    DAY

    lundi 27 mars 2017

    MICHELLE BACHELET, PRÉSIDENTE DU CHILI, VISITE HAÏTI CE LUNDI

    REVUE DES TROUPES CHILIENNES BASÉES
    AU CAP-HAITIEN ET À PORT-AU-PRINCE 
    En effet, l’ambassade de la République du Chili en Haïti annonce la signature d’un accord bilatéral pour la compatibilité ou l’équivalence et la reconnaissance d’études des cycles de l’enseignement de base ou fondamental et de l’enseignement moyen ou secondaire. 

    Selon le communiqué de l’ambassade chilienne, un agenda surchargé attend la présidente Bachelet qui rencontrera son Homologue, le président de la République, Jovenel Moïse. Madame Bachelet visitera à Port-au-Prince l'école nationale « République du Chili » reconstruite après le séisme de 2010 grâce à un projet multisectoriel emblématique de la coopération chilienne, et rendra aussi visite aux troupes chiliennes basées au Cap-Haitien et à Port- au-Prince. 

    REVUE DES TROUPES CHILIENNES BASÉES
    AU CAP-HAITIEN ET À PORT-AU-PRINCE 
    Une rencontre aura lieu également entre la présidente Bachelet et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSTAH, Sandra Honoré, dans le contexte de la coordination pour le retrait des troupes chiliennes, prévu le 15 avril 2017. 

    Initialement prévue à la fin du mois de janvier, la visite du chef de l'État chilien a été reportée suite à la série d'incendies de forêt qui ont touché le centre-sud du pays. La visite du 27 mars prochain intervient donc dans le cadre des 80 ans des relations diplomatiques entre les deux pays. 

    « Au cours des dernières décennies, le Chili a été présent en Haïti à travers divers projets de coopération et la contribution de ses troupes à la MINUSTAH, avec un fort engagement de renforcer la démocratie haïtienne ainsi que son développement économique et social », rappelle le communiqué énumérant des domaines de coopération tels que l'éducation, axé sur les écoles maternelles, le financement des bourses, la reconstruction des écoles, les microentreprises, l'environnement et surtout, le renforcement de la capacité de la Police Nationale d’Haïti (PNH), par la formation de près de 250 policiers. 

    Après l’escale haïtienne, la présidente chilienne, Michelle Bachelet, selon la presse de son pays, mettre le cap pour l’Europe où elle se rendra respectivement à Genève et à Lisbonne. Elle n’en est pas à sa première visite en Haïti. Le 20 février 2010, peu après le séisme, la dirigeante andine, qui effectuait une dernière tournée internationale avant de quitter le fauteuil présidentiel, a été reçue au palais national par l’ancien président René Préval et son épouse. 

    dimanche 26 mars 2017

    VIANDE AVARIÉE : LA CHINE, LE CHILI ET L’EGYPTE VONT REPRENDRE LEURS IMPORTATIONS BRÉSILIENNES

    DES INSPECTEURS DE L'OFFICE DE PROTECTION
    DES CONSOMMATEURS PROCON VÉRIFIENT LA VIANDE
    D'UNE CHAMBRE FROIDE D'UN SUPERMARCHÉ
    DE RIO DE JANEIRO, LE 24 MARS 2017
    PHOTO YASUYOSHI CHIBA
    « La Chine a annoncé aujourd’hui la réouverture totale de son marché aux viandes brésiliennes », s’est félicité Blairo Maggi, sans préciser toutefois quand la reprise des importations, suspendues lundi, sera effective. Le ministère rappelle que les seules restrictions concernent les produits en provenance des 21 usines de transformation de viande visées par l’enquête à l’origine du scandale.

    La Chine est le deuxième acheteur de viande de bœuf brésilienne, derrière Hongkong, avec plus de 703 millions de dollars d’importations en 2016. Pour ce qui est de la viande de poulet, la Chine figure aussi au deuxième rang, avec près de 859,5 millions de dollars d’importations.

    Corruption des inspecteurs des services d’hygiène

    Les autorités chiliennes et égyptiennes ont fait de même samedi, « ne maintenant par précaution que la suspension des importations de viande bovine, porcine et volaille provenant des vingt et un établissements » épinglés. Le Chili est le sixième importateur de viande rouge brésilienne et l’Egypte, troisième pays acheteur de viande bovine du Brésil.

    L’affaire a éclaté lorsque la police brésilienne a découvert la semaine dernière que des gros exportateurs de viande avaient corrompu des inspecteurs des services d’hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation.

    Vendredi matin, Hongkong a annoncé le « rappel complet » de toutes les viandes ou volailles «réfrigérées ou congelées » déjà importées et provenant des 21 usines suspectes. L’Union européenne a quant à elle fait savoir vendredi que «tous les lots de viande provenant d’établissements impliqués dans la fraude et qui sont actuellement en route vers l’UE seront rejetés et renvoyés au Brésil ».

    « LA FORCE DU PEUPLE »: LE SLOGAN DE L'AFFICHE DE CAMPAGNE DE MÉLENCHON



    Le candidat de La France insoumise dévoile officiellement son affiche de campagne. 


    L'affiche de campagne de Jean-Luc Mélenchon a été dévoilée ce dimanche. Le candidat de La France insoumise a choisi comme slogan "La force du peuple" pour mener campagne. Elle sera officiellement présentée dimanche après-midi à l'occasion du meeting que le candidat va tenir à 15 heures à Rennes.

    ¡AY, CARAMBA! : LA BOLIVIE ACCUSE LE CHILI DE HARCELER DEUX JOURNALISTES BOLIVIENS

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    DESSIN  DRAGAN 

    Expulsé du Chili 

    Sandra Mariscal, qui a reçu un simple visa de touriste, « a été obligée de signer un document dans lequel elle s’engageait à ne pas exercer son travail de journaliste », a indiqué la ministre bolivienne de la Communication, Gisela Lopez, lors d’une conférence de presse. Pour sa part, Erick Condorena a été expulsé du Chili.

    Détention préventive 

    Son retour en Bolivie était prévu pour vendredi en fin d’après-midi, selon le ministère bolivien des Affaires étrangères. Cet incident intervient dans un contexte de tensions entre les deux pays. Deux militaires et sept fonctionnaires des douanes boliviens sont en « détention préventive » depuis quelques jours au Chili, accusés de vols et contrebande sur le territoire chilien. 

    Relations suspendues depuis 1978 

    La présidente chilienne Michelle Bachelet a affirmé que les fonctionnaires chiliens avaient tenté de voler des camions sur le territoire chilien. M. Morales a pour sa part indiqué qu’il s’agissait d’une saisie. Les relations entre les deux pays sont suspendues depuis 1978 en raison du différend frontalier sur l’accès à la mer. – Avec Belga

    vendredi 24 mars 2017

    CHILI : LE TRAVAIL VA REPRENDRE À LA 1ÈRE MINE DE CUIVRE AU MONDE

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


    Mais son redémarrage ne signifie pas que travailleurs et direction ont trouvé un accord : au contraire, c'est justement l'échec des négociations qui a poussé les salariés à invoquer l'article 369 du code du travail pour prolonger pendant 18 mois les accords collectifs en vigueur, a déclaré à l'AFP l'avocat du syndicat, Marco Lopez. 

    La renégociation de ces accords, pour une durée de quatre ans, avait été l'élément déclencheur de la grève, le 9 février dernier, les deux parties n'arrivant pas à concilier leurs différences. 

    En faisant appel au nouveau code du travail, issu de la récente réforme chilienne du travail, le syndicat gagne du temps et obtient le maintien temporaire des avantages déjà négociés. 

    "Avec cette décision, on force (le maintien des) accords collectifs pour 18 mois, à partir du 1er février 2017, avec la nécessité de démarrer une nouvelle négociation le 1er juin 2018", a-t-il expliqué dans un communiqué. 

    "Nous avons ainsi préservé l'avenir des nouvelles générations de travailleurs de cette entreprise", a assuré le syndicat, qui rassemble les 2.500 travailleurs du site. 

    Les salariés "prévoient de reprendre le travail samedi", a déclaré Maître Marco Lopez à l'AFP. 

    Peu avant, la direction de la mine avait annoncé "la dissolution de la table des négociations" après l'échec des discussions, donnant au syndicat un ultimatum, jusqu'au 28 mars, pour accepter ou non sa dernière offre. 

    La perspective qu'il contourne cela en invoquant le nouveau code du travail était alors vue comme n'étant "bonne pour personne" et "un scénario compliqué", avait expliqué le président de la mine, Marcelo Castillo. 

    - '18 mois de mauvaises relations' - 

    En dernier ressort, la direction proposait une prime de fin de conflit de 11,5 millions de pesos (environ 17.400 dollars) par travailleur, tout en maintenant les conditions des accords collectifs arrivés à expiration le 31 janvier. 

    Mais les grévistes, qui réclamaient un bonus d'environ 40.000 dollars et une hausse des salaires de 7%, voulaient aussi que tous ces avantages bénéficient aux nouveaux embauchés, contrairement aux projets de la direction. 

    Pour Gustavo Lagos, professeur à l'Université catholique de Santiago et spécialiste du secteur minier, la solution adoptée par les salariés est "la pire qui pouvait arriver, car il va y avoir 18 mois de mauvaises relations" entre direction et travailleurs, ce qui certainement "affectera la production". 

    Mais d'un autre côté, observe-t-il, en reprenant le travail et en reportant les discussions à dans 18 mois, cela pourrait "refroidir un peu les esprits et mener à des négociations sur des bases plus rationnelles". 

    En faisant ce choix, les salariés ont non seulement perdu le droit à une prime de fin de conflit mais aussi le salaire qu'ils auraient dû toucher pendant ce mois et demi de grève. 

    Pendant cet arrêt forcé, la mine a cessé de produire 85.000 à 95.000 tonnes de cuivre fin par jour, soit 3,6 à 4 millions de tonnes au total, selon Marcelo Castillo, estimant lors d'une conférence de presse que la mine mettra "six à huit mois" à revenir entièrement à la normale. 

    Le syndicat a lui calculé les pertes de recettes pour BHP Billiton à un milliard de dollars, "actuelles et post-grève en raison du temps pour rétablir totalement les opérations". 

    Mercredi, BHP Billiton, qui détient 57,5% d'Escondida, avait annoncé la suspension de deux projets stratégiques, la construction d'un site de dessalinisation d'eau et d'une centrale solaire à concentration, en raison de la grève. 

    En février le Chili, premier producteur de métal rouge du monde avec près d'un tiers de l'offre globale, a vu sa production chuter de 12%. 

    jeudi 23 mars 2017

    CHILI: L’EX-PRÉSIDENT PIÑERA BRIGUERA UN NOUVEAU MANDAT EN NOVEMBRE


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    PINHERA LE RETOUR
    Le candidat de droite, qui doit encore être officiellement désigné par son parti lors de primaires le 2 juillet, est actuellement crédité de près de 25% d’intentions de vote dans les sondages, devant le sénateur socialiste et journaliste Alejandro Guillier (15%). « Face à vous et tous mes compatriotes, j’annonce ma décision de me présenter à nouveau à la présidence de la République », a lancé M. Piñera mardi soir face à des milliers de personnes réunies dans un parc de Santiago.

    Sebastian Piñera, dont la fortune est estimée par la revue Forbes à 2,5 milliards de dollars, avait échoué à se faire élire en 2005, battu par la socialiste Michelle Bachelet (de nouveau au pouvoir depuis 2014), avant de remporter le scrutin de 2009, devenant ainsi le premier président de droite du Chili depuis le retour à démocratie après la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

    Homme d’affaires pilotant son propre hélicoptère, ancien propriétaire d’une chaîne de télévision et d’un club de football, il reste une figure controversée mais omniprésente du paysage politique chilien. Récemment, il a été visé par plusieurs enquêtes judiciaires sur des soupçons de corruption et conflits d’intérêts.

    CHILI: LES BOURREAUX DES DERNIERS DISPARUS DE LA DICTATURE CONDAMNÉS

    ÁLVARO CORBALÁNEST UN DES CRIMINELS DE LÈSE-HUMANITÉ
    LES PLUS CONNUS DE LA DICTATURE CHILIENNE.
    Alvaro Corbalan et Hugo Salas, deux des responsables des services de renseignement (CNI), la police secrète de la dictature, ont été condamnés à 15 ans de prison. Tous deux sont déjà derrière les barreaux pour d'autres violations des droits de l'homme. 

    Ivan Quiroz, le chef de l'opération policière également déjà en prison, et les 30 autres agents, qui se trouvent eux en liberté, ont été condamnés à des peines de 5 à 10 ans. 

    PHOTO AFP / EUROPA PRESS
    La justice chilienne maintenait encore ouverts, fin 2016, près de 1.200 dossiers de crimes contre l'humanité sous la dictature du général Pinochet, qui a causé la mort de plus de 3.000 personnes alors que quelque 38.000 ont été torturées, selon des estimations officielles. 

    L'ex-dictateur est mort d'un infarctus à 91 ans en décembre 2006, sans jamais avoir été jugé pour la répression exercée sous son régime. (Belga)

    mercredi 22 mars 2017

    VIANDE AVARIÉE : LA CHINE, HONGKONG, L’EUROPE ET LE CHILI STOPPENT LES IMPORTATIONS BRÉSILIENNES



    DESSIN DE BOLIGAN, MEXIQUE
    Trois jours après le démantèlement d’un réseau de commercialisation de denrées impropres à la consommation, le pays, en pleine récession et déjà secoué par une crise politique majeure, tentait de limiter les conséquences de cette nouvelle affaire.

    « Le secteur de la viande emploie plus de 7 millions de personnes et représente 15 % des exportations brésiliennes », a tenu à rappeler l’Association brésilienne des industries exportatrices de viande (ou Abiec – Associação Brasileira das Indústrias Exportadoras de Carne), mettant en garde contre l’impact économique des restrictions des exportations de viande.

    Mais lundi le cours des actions des multinationales brésiliennes de l’agroalimentaire – Brasil Foods (BRF) et JBS (nom créé à partir des initiales de son fondateur : José Batista Sobrinho) –, impliquées dans ce dossier, poursuivait sa chute à la Bourse de Sao Paulo. Vendredi, BRF avait déjà perdu 10,59 %, tandis que JBS se repliait de 7,25 %.

    Entrepôts fermés, enquêtes et limogeages

    DESSIN LAUZAN 
    Pour l’heure, trois entrepôts frigorifiques ont été fermés, dont un appartenant à BRF, selon le ministère de l’agriculture brésilien. Plus d’une vingtaine d’établissements sont sous le coup d’une enquête et trente-trois fonctionnaires impliqués ont été destitués.

    Le coup commercial le plus rude est venu de la Chine, deuxième acheteur de viande brésilienne au monde, qui a bloqué, lundi, jusqu’à nouvel ordre les importations de ces produits. « Jusqu’à ce qu’elle reçoive des informations, [la Chine] ne déchargera pas les viandes importées en provenance du Brésil. Cette nuit, le ministre [de l’agriculture brésilien, Blairo Maggi] tiendra une vidéoconférence avec les autorités chinoises pour mettre les choses au clair », a annoncé Brasília.

    En 2016, les ventes brésiliennes de viande de poulet vers la Chine ont dépassé les 859 millions de dollars (800 millions d’euros), tandis que celles de viande bovine ont atteint 702,7 millions de dollars, selon le ministère du commerce brésilien.

    Vigilance de l’Union européenne

    Lundi, le Chili a également suspendu ses importations, tandis que l’Union européenne (UE) a demandé aux autorités brésiliennes des garanties pour ne pas recevoir de viande avariée. « Nous avons demandé au Brésil de retirer immédiatement tous les établissements impliqués dans la fraude de la liste » des sociétés approuvées par l’UE pour l’exportation, a déclaré Enrico Brivio, un porte-parole de la Commission européenne.

    En début d’après-midi, Hongkong a, à son tour, temporairement suspendu les importations de viande congelée ou réfrigérée, ainsi que de volaille, « compte tenu du fait que la qualité de la viande en provenance du Brésil est sujette à caution ». Hong Kong est le plus gros importateur de bœuf brésilien et le cinquième importateur de volaille.

    Brasilia est ainsi exhorté à suspendre la certification de ces entreprises en attendant qu’elles soient définitivement retirées de la liste, a-t-il expliqué.

    Sur vingt et un entrepôts frigorifiques soupçonnés d’avoir commis des irrégularités, quatre ont une licence d’exportation vers l’UE. « La Commission suit [le dossier] de très près avec les Etats membres et nous faisons preuve d’une vigilance supplémentaire dans les vérifications obligatoires sur les importations de produits issus d’animaux en provenance du Brésil », a ajouté Enrico Brivio. Jusqu’à présent, aucune alerte n’a été déclenchée sur des produits importés et commercialisés au sein de l’UE.

    Propagande brésilienne

    Le principal syndicat européen d’agriculteurs, COPA-Cogeca, a saisi l’occasion pour appeler de nouveau à la prudence dans les négociations en cours entre l’UE et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) autour d’un accord de libre-échange.

    « Nous avons besoin d’accords commerciaux équitables et équilibrés dans le domaine agricole. Nous respectons des normes en matière de sûreté des aliments et de bien-être des animaux parmi les plus élevées au monde, et il est indispensable que les importations vers l’UE les respectent », a commenté Pekka Pesonen, le secrétaire général du syndicat.

    Les négociateurs de l’UE et du Mercosur se retrouvaient justement lundi à Buenos Aires pour un nouveau round de négociations. « Dénigrer la qualité de la viande du principal exportateur mondial n’intéresse que les producteurs des marchés concurrents », s’est défendu l’Association brésilienne des industries exportatrices de viande, dans une publicité publiée dans les principaux journaux brésiliens.

    En 2016, les exportations brésiliennes de viande de poulet ont dépassé les 5,9 milliards de dollars tandis que celles de viande bovine ont atteint 4,3 milliards de dollars, selon le ministère du commerce brésilien. Le Brésil exporte sa viande à 150 pays.


    mardi 21 mars 2017

    HENRI EMMANUELLI EST MORT


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

     HENRI EMMANUELLI, EN 2005 À PARIS.
    PHOTO MARTINE ARCHAMBAULT

    Issu d'un milieu populaire, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il entre à la Compagnie financière de Banque (CFB) d'Edmond de Rothschild en 1969. En 1972, il adhère au PS, dirigé depuis 1971 par François Mitterrand. Elu député des Landes en 1978, il devient président du Conseil général en 1982.

    Henri Emmanuelli fut un mitterrandiste historique. Pourfendeur des « dérives social-libérales » de la social-démocratie européenne et au sein même du PS, il n'a jamais varié dans son parcours politique. En 1995, il est l'âme d'un pôle d'opposition au "social-libéralisme" au sein du PS dont il était alors Premier secrétaire. Pour la présidentielle en 1995, il se porte candidat à la candidature, mais Lionel Jospin l'emporte largement dans le vote militant. Deux ans plus tard, Henri Emmanuelli voit sa carrière brutalement mise entre parenthèses par sa condamnation dans l'affaire URBA de financement illégal du PS, en tant que trésorier du parti (1988-1993), condamnation à dix-huit mois de prison avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques. Ce purgatoire achevé, il retrouve tous ses mandats dans les Landes, dont il redevient député et président du Conseil général. Il sera réélu à ces deux postes sans discontinuer.

    Plaidant sans relâche pour un PS clairement ancré à gauche, il devient compagnon de route de Jean-Luc Mélenchon, encore membre du PS, au sein du courant Nouveau Monde après l'échec de la gauche à la présidentielle de 2002. Il fait ensuite équipe avec Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, et Benoît Hamon au sein du Nouveau Parti socialiste (NPS). En 2005, il se fait l'avocat du non au Traité constitutionnel européen, contre l'avis de la majorité des militants. S'il s'affirme européen, il précise: « Cela ne veut pas dire qu'on accepte n'importe quelle Europe ».

    Pendant le quinquennat de François Hollande, il dénonce l'état de son parti, tombé, selon lui, « dans un coma profond » et qui « n'existe plus, ni à l'attaque ni en défense ». En 2014, il s'abstient lors du vote de confiance au Premier ministre, Manuel Valls. En janvier, il avait apporté son soutien à Benoît Hamon dans la primaire du PS, tout en émettant des réserves sur son projet de revenu universel. Ses proches soulignent sa "sensibilité profonde", ses indignations « vraies » devant l'injustice et son caractère entier. « Il n'est pas cynique pour un sou et, quand il sort de ses gonds, il ne fait pas semblant », disait-on de lui dans son entourage. Ombrageux, cassant, connu pour ses accès de mauvaise humeur, mais aussi son sens de l'humour, cet homme à la haute stature, affaibli par une neuropathie détectée en 2006, il ne se déplaçait ces derniers temps qu'en fauteuil roulant.

    Il fut aussi un spécialiste des questions financières. Membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale, dont il fut président à trois reprises, ce banquier de profession présida aussi activement la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts (CDC), défendant une plus grande indépendance de l'organisme vis-à-vis de l'État.

    À la tête de son fief des Landes, où il fut réélu dès le premier tour en 2015 comme conseiller départemental, il batailla avec succès pour la réintégration des régies des eaux dans le secteur public. Il est aussi un des premiers à introduire l'informatique à l'école dans les années 1980, il mène plusieurs actions pour le « bien vieillir », rend les transports des collégiens gratuits. Il met en œuvre le projet de « Village Alzheimer », premier du genre en France, pour maintenir au maximum les malades dans une vie sociale ordinaire.



    NOUVELLES TENSIONS ENTRE LA BOLIVIE ET LE CHILI APRÈS L'ARRESTATION DE BOLIVIENS


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    PHOTO LA TERCERA
    Version totalement différente du côté des autorités boliviennes, qui affirment que les douaniers étaient en pleine opération de lutte contre la contrebande, René Martinez, ministre de la présidence : « Nous exigeons la libération de nos concitoyens boliviens. Pour nous c'est une séquestration, l'opération menée par les militaires l'était en territoire bolivien. »

    Pour l'instant, on ne sait toujours pas de quel côté de la frontière ont été arrêtés les fonctionnaires boliviens, mais cette zone de Colchane est connue pour être une zone de contrebande.

    dimanche 19 mars 2017

    ENTRE BASTILLE ET RÉPUBLIQUE, MÉLENCHON RÉUSSIT SON PARI


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    JEAN-LUC MÉLENCHON PLACE DE LA RÉPUBLIQUE LE 18 MARS 2017.
    PHOTO BERTRAND GUAY

    « On l’a fait ! » A la tribune, Charlotte Girard, l’une des proches de Jean-Luc Mélenchon, annonce que 130 000 personnes ont répondu à l’appel du candidat de La France insoumise à venir défiler, samedi 18 mars à Paris, pour une VIe République. Dans la foule massée face à elle, un souffle de plaisir traverse les rangs et les applaudissements fusent.
    CANDIDAT JEAN-LUC MÉLENCHON LORS DE LA
    MARCHE, AU MILIEU DE SES SYMPATHISANTS.
    PHOTO AFP
    Le leader de la gauche radicale, lui aussi, savoure le moment. A la peine dans les sondages et peu audible ces dernières semaines, Jean-Luc Mélenchon a réussi son pari. Et, à l’heure où Benoît Hamon réunit ses partisans, dimanche 19 mars à Bercy, le député européen a donné à voir une démonstration de force.

    Dans le cortège qui le mène de la place de la Bastille à celle de République, il sait déjà que sa marche est un succès, comparable à celle qu’il avait convoquée il y a cinq ans sur le même mot d’ordre et qui avait constitué un tournant dans sa campagne. En 2012, celui qui était alors le candidat du Front de gauche avait revendiqué 120 000 personnes. « Cela témoigne de la permanence d’une force. Tout ça ne sort pas de l’œuf. C’est 5 ans de travail », confie-t-il au Monde.

    « Une force propulsive pour la suite »

    A ses côtés, plusieurs personnalités : la philosophe belge Chantal Mouffe, l’ancien leader CGT des Continental, Xavier Mathieu, le communiste Pierre Laurent, la porte-parole d’Ensemble Clémentine Autain ou encore le député Europe Ecologie-Les Verts Sergio Coronado. Et bien sûr son premier cercle : Alexis Corbière, son porte-parole, Manuel Bompard, son directeur de campagne ou encore Eric Coquerel, qui lui a succédé à la tête du Parti de gauche.

    « Comme en 2012, on va en faire le plus gros rassemblement de la campagne, c’est une force propulsive pour la suite », assure le conseiller régional d’Ile-de-France. « C’est de nature à donner un élan à la candidature. Prendre la rue, c’est quelque chose de positif, de populaire », ajoute Mme Autain.

    Le carré VIP est parti en retard, a perdu la tête de cortège et finira par renoncer à rattraper les premiers manifestants. Parmi les dizaines de milliers de personnes présentes, chacun est venu avec sa pancarte où il était inscrit un point du programme du candidat de La France insoumise : « Droit de vote à 16 ans », « suppression du Sénat », « fin du contrôle au faciès », « inéligibilité des corrompus».

    Les bonnets phrygiens, rouge et frappés de la cocarde tricolore, ont également refait leur apparition. Et n’en déplaise à l’ex-socialiste qui avait appelé les militants des partis politiques à défiler en queue de cortège, des drapeaux du Parti communiste, du Parti de gauche, d’Ensemble se sont mêlés aux drapeaux français particulièrement nombreux.

    Appel à abolir « la monarchie présidentielle »

    Quand Jean-Luc Mélenchon parvient enfin à rallier la place de la République, il est déjà largement en retard sur le timing prévu. Le candidat de La France insoumise s’avance sur scène en rendant hommage au lion qui trône au pied de la Marianne et dont « l’auteur a voulu qu’il symbolise le suffrage universel ». Et que dire de cette statue de bronze qui le domine et qui « porte fièrement le bonnet des affranchis, celui de la liberté retrouvée et de la servitude rompue » ? « Nous la faisons nôtre ! », s’exclame le tribun de la gauche radicale.

    Pendant plus d’une heure, le député européen a déroulé un discours centré autour de cette VIe République qu’il veut mettre en place, souhaitant abolir « la monarchie présidentielle » et cette Ve République mise en place par l’homme néanmoins « exceptionnel » qu’était le général de Gaulle.

    M. Mélenchon a mis en garde les Français contre les « pouvoirs incroyables » de l’actuelle Constitution et les a appelés à ne pas les déléguer à « des apprentis sorciers ». S’il n’a pas cité les noms de Marine Le Pen, François Fillon ou Emmanuel Macron, ses adversaires étaient clairement désignés.

    « Ne confiez pas, fut-ce pour une période transitoire de tels pouvoirs à des gens déterminés à en faire l’usage (…) quand ils se prosternent devant l’ethnie ou devant l’argent », a lancé l’ex-socialiste qui propose une « issue positive » avec le bulletin de vote à son nom. « Notre marche prouve que nous sommes capable de diriger le pays », a-t-il assuré.

    La Marseillaise, puis L’Internationale

    Dans la nouvelle Constitution qu’il appelle de ses vœux, le candidat souhaite voir figurer plusieurs mesures : le droit de révoquer des élus en cours de mandat, le droit à l’avortement et au suicide assisté, la « règle verte » – ne pas prendre plus à la nature qu’elle ne peut reconstituer –, l’interdiction du brevetage du vivant ou encore un référendum obligatoire pour ratifier tout nouveau traité européen.

    « Il faut que les bulletins de vote donnent le coup de balai qui efface tout sans exception », clame-t-il avant d’ajouter : « Dégagez ! » Et la foule de reprendre : « Dégagez ! Dégagez ! »

    La Marseillaise est entonnée a capella par un chanteur lyrique et quand les derniers couplets ont fini de retentir, M. Mélenchon s’avance de nouveau sur scène pour appeler ses partisans à chanter L’Internationale. Cela fait bien longtemps qu’il ne l’a pas fait mais, en ce jour anniversaire de la Commune de Paris, il y a des symboles qu’on n’efface pas si facilement.