mercredi 22 avril 2015

« CAPITAINES D’AVRIL »

 [ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]

LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE, HISTOIRE DU PORTUGAL 2/4 ,  « CAPITAINES D’AVRIL » , LES SECRETS D’UNE RÉVOLUTION UN DOCUMENTAIRE DE ELSA CORNEVIN ET ANNE FLEURY, EMISSION DU 22.04.2014    
DURÉE : 00:52:00

Portugal, 25 avril 1974: Voyage au cœur d'une révolution .
Un documentaire de Elsa Cornevin et Anne Fleury.

La nuit du 25 avril 1974, des capitaines appartenant au Mouvement des Forces Armées renversent le pouvoir en place et mettent fin à 48 ans de dictature au Portugal.

L’opération a été minutieusement préparée.  La chanson Grandôla, vila Morena de Zeca Afonso, transmise sur les ondes de Radio Renascença à minuit vingt, sert de signal au lancement de la révolution.

Les capitaines espèrent que le renversement du régime se déroulera pacifiquement, sans effusion de sang. Le peuple descend dans la rue et soutient les militaires au fur et à mesure de leurs opérations.

En 24 heures, les places fortes de la dictature tombent une à une.

Les œillets rouges, en vente alors dans les rues de la capitale,  se passent de mains en mains et deviennent le symbole de la révolution... Le symbole de la liberté.

Le coup d’état militaire au Portugal prend de surprise le monde entier.
Baptisés « Capitaines d’avril », les capitaines du Mouvement des Forces Armées entrent dans l’histoire.

Ils sont à peine âgés de trente ans et ont perdu des milliers d’hommes dans les guerres coloniales en Angola, en Guinée-Bissau et au Mozambique. Ils sont portés par des aspirations profondes, celles d’instaurer la démocratie au Portugal et d’en finir avec les guerres coloniales.

Mais qui sont ces capitaines ? Pourquoi décident-ils de renverser le régime la nuit du 25 avril ? Comment leur action militaire s’est-elle transformée en révolution ?

40 ans après, ce documentaire propose une immersion dans le Portugal à la veille de la révolution et croise les paroles des acteurs qui ont fait le 25 avril.

Avec la participation de : Otelo Saraiva de Carvalho, José Manuel Costa Neves, Manuel Martins Guerreiro, José Piteira Santos, Carlos Machado Santos, Aprigio Ramalho, Carlos Beato (pour le Mouvement des Forces Armées) et d’Adelino Gomes (journaliste ayant couvert le 25 avril 1974).

Avec le soutien de l'Institut Français de Lisbonne