mercredi 5 septembre 2012

CHILI : LA NOUVELLE PRÉSIDENTE DE LA CUT

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
BARBARA FIGUEROA SANDOVAL FUT ÉLUÉ NOUVELLE PRÉSIDENTE DE LA CENTRALE UNITAIRE DES TRAVAILLEURS DU CHILI. PHOTO UPI


La Central Unitaria de Trabajadores de Chile (CUT)  « Centrale unitaire des travailleurs du Chili » héritière en quelque sorte de la « Centrale Unique de Travailleurs du Chili », est la principale centrale syndicale chilienne, et fut fondée en 1988. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LOGOTYPE DE LA CENTRALE UNIQUE DE TRAVAILLEURS. LA CENTRALE UNIQUE DE TRAVAILLEURS DU CHILI (CUT), FUT LA PLUS GRANDE CENTRALE UNIQUE SYNDICALE CHILIENNE ENTRE 1953 ET 1973. 

Le 23 août 2012, les 750 000 syndiqués de la CUT furent appelés à réélire leurs instances dirigeantes, à travers l'élection indirecte de 60 conseillers nationaux. 
Quatre listes étaient présentées au vote : 

La liste A « Alternative unitaire » menée par le syndicaliste du pétrole, démocrate-chrétien, Nolberto Diaz. 

La liste B « Unité et lutte » conduite par les dirigeants syndicaux communistes, Barbara Figueroa, du syndicat des enseignants, et Cristian Cuevas, président de la Confédération des travailleurs du cuivre (CTC). 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
CLOTARIO BLEST RIFFO (LE 17 NOVEMBRE 1899 - LE 31 MAI 1990) FUT UN DIRIGEANT SYNDICAL CHILIEN, PREMIER PRÉSIDENT ET FONDATEUR DE LA CENTRALE UNIQUE DE TRAVAILLEURS (CUT)

La liste C « Les travailleurs au pouvoir » conduite par le syndicaliste de l’Association Métropolitaine de Fonctionnaires Municipaux Fabián Caballero de l’extrême gauche. 

La liste D « Autonomie syndicale » de la direction sortante, menée par le socialiste Arturo Martinez, à la tête de la centrale depuis douze ans. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LOGOTYPE DE LA  CENTRALE UNITAIRE DES TRAVAILLEURS DU CHILI . 

Le Collège Électoral de la CUT a communiqué les résultats électoraux définitifs du dépouillement général du scrutin le 27 août 2012 qui ont confirmé la victoire de la liste soutenue par le Parti communiste avec 324 530 voix (44%), devant la liste de la direction sortante avec 304 958 voix (42%). La liste A, démocrate-chrétienne, obtient 98 232 voix (13%) et la liste C, extrême gauche, 6 452 (1%).  


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LUIS FIGUEROA MAZUELA LE DERNIER PRÉSIDENT DE LA CENTRALE UNIQUE DE TRAVAILLEURS (CUT) D'AVANT LE COUP D'ÉTAT POUR LA PÉRIODE 1965-1973. IL FUT ÉGALEMENT MINISTRE DU TRAVAIL DE SALVADOR ALLENDE. ICI LORS D'UN POINT DE PRESSE IMPROVISE DU PRÉSIDENT SALVADOR ALLENDE. ACCOMPAGNE (À DROITE) DE SON MINISTRE DU TRAVAIL LUIS FIGUEROA.  
La victoire est historique à plus d'un titre. Barbara Figueroa devient la première femme à diriger la centrale syndicale chilienne dans les 24 ans d’existence de la Centrale. Le dernier militant communiste président d’une centrale syndicale national au Chili fut l’ouvrier typographe Luis Figueroa Mazuela pour la période 1965-1973.

Cela faisait quarante ans donc que les communistes n'étaient plus à la tête de la CUT, confédération syndicale historiquement dominante au sein de la classe ouvrière chilienne.  


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LA PROFESSEURE DE PHILOSOPHIE ET DIRIGEANTE DU SYNDICAT DES ENSEIGNANTS,   BARBARA FIGUEROA SANDOVAL, VIENT D'ÊTRE ÉLUE PRÉSIDENTE DE LA CENTRALE UNITAIRE DES TRAVAILLEURS DU CHILI. PHOTO CRONICA DIGITAL
A la suite de la victoire, la nouvelle présidente de la CUT, Barbara Figueroa, a tenu à affirmer la victoire, non pas d'un « courant » politique mais bien d'une conception de la lutte syndicale et politique alternative, plus combative. La nouvelle présidente observe en effet qu’aujourd’hui « il y a une coupure entre les dirigeants syndicaux et la base syndicale », «  il faut rapprocher les dirigeants aux bases ».

Dans la négociation syndicale, elle affirma : « Nous allons dialoguer sans aucun doute, mais nous allons le faire dans des conditions d’égalité, d’équivalence, pas seulement avec la force de l'argument mais aussi avec la force de la mobilisation […] Ici la force de l'argument ne suffit pas, nous avons besoin d'instruments de pression ».