samedi 24 février 2018

LOI SUR L’IMMIGRATION, « UN PROJET NI HUMAIN NI EFFICACE »


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LOI SUR L’IMMIGRATION, « UN PROJET NI HUMAIN NI EFFICACE » 

Dans une tribune au « Monde », plusieurs universitaires soulignent que la future loi Collomb a le mérite d’expliciter une démarche politique déjà à l’œuvre tacitement. Mais « l’humanité » des mesures présentées n’est qu’un leurre qui va rendre l’ensemble inefficace.

PHOTO LA CIMADE
tribune. Le 21 février 2018 a été présenté en conseil des ministres un projet de loi relatif à une « immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif ». S’agissant de l’asile, les réformes successives s’enchaînent à un rythme toujours plus important – à tel point que le Conseil d’État s’interroge sur l’opportunité même de cette nouvelle réforme, qui survient alors que certaines modifications apportées par la loi de 2015 ne sont opérationnelles que depuis moins d’un an.

Quoi qu’il en soit, ce nouveau projet se situe dans la logique des politiques précédentes : quelques mesures de plus, qui viennent restreindre encore davantage les droits et garanties des demandeurs d’asile. Cette réforme présente pourtant une réelle nouveauté : elle affiche sans pudeur ce que d’autres tentaient de masquer. Ce serait en effet faire injure à ses concepteurs de considérer son intitulé comme une simple maladresse. Il est au contraire une profession de foi.

On sait dorénavant et sans ambiguïté en quoi consiste l’effectivité du droit français de l’asile. Il ne s’agit pas, comme l’a proclamé le président de la République à maintes reprises, de le rendre « plus humain ». Non : un droit d’asile effectif doit être un droit qui poursuit une logique d’endiguement des flux de réfugiés.

Obstacles administratifs et procéduraux

DESSIN LE CANARD ENCHAÎNÉ
L’effectivité du droit d’asile se mesure ainsi non à son humanité, mais à l’efficacité des obstacles administratifs et procéduraux qui jonchent le parcours du demandeur. La lecture des motifs du projet enseigne ainsi que les mesures prévues le sont en réaction à l’« arrivée de flux migratoires d’ampleur inédite », dont la diminution entre 2015 et 2016 est présentée – peut-on être plus explicite ? – comme un point positif.

Ce n’est donc pas pour réagir aux drames personnels quotidiens dont sont victimes les demandeurs d’asile qu’il faut légiférer, mais pour mettre fin à la pression que les arrivées de migrants représentent ; cela d’autant plus que la France est, à lire les rédacteurs du projet, bien plus généreuse que ses pairs européens, ce qui ferait de notre pays une destination privilégiée des déplacements intra-européens des demandeurs.

Face à ce constat, quelles sont donc les mesures proposées ? Diminuer les chances de déposer une demande d’asile en l’enfermant dans des délais plus brefs, étendre les possibilités qu’elle soit instruite selon une procédure accélérée, en confiant notamment à un juge unique le pouvoir de retirer la qualité de réfugié, ou encore restreindre les possibilités de préparer convenablement un recours (délais raccourcis et saisine de la Cour nationale du droit d’asile parfois non suspensive).

Multiplication des rejets

Passons sur les contradictions logiques de la réforme – tout restreindre pour lutter contre un « flux » plus grand – pour nous concentrer sur cette « humanité » qui nous était tant vantée. C’est en vain qu’on en trouvera trace dans le projet de loi tel qu’il a été déposé. Une réforme qui en aurait été empreinte n’aurait pourtant pas été difficile à mener – et aurait, surtout, gagné en efficacité. Car, parmi les mesures proposées, laquelle garantit au demandeur d’asile la possibilité pratique de constituer un dossier solide, en lui assurant, fût-ce temporairement, une protection garantissant la sérénité de son parcours de demandeur ? Aucune. Laquelle lui permet de réunir les pièces et traductions nécessaires au soutien de sa demande ? Aucune. Laquelle, enfin, lui garantira que sa cause sera entendue par des juges ou officiers de protection qui en auront le temps ? Aucune.
« Autant de bons moyens, surtout, de multiplier les rejets et leurs contestations, et ce faisant les demandeurs et déboutés en situation irrégulière »
L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) et la Cour verront donc se multiplier les dossiers incomplets, les demandes qui paraîtront infondées, les requérants absents. Autant de bons moyens de « réduire les flux » ? Autant de bons moyens, surtout, de multiplier les rejets et leurs contestations, et ce faisant les demandeurs et déboutés en situation irrégulière. En offrant aux demandeurs d’asile une protection temporaire et le temps nécessaire à la constitution d’un dossier le plus complet possible, les décisions de protection ou de rejet auraient été légitimes et la réforme aurait été humaine et efficace. Celle qui est proposée n’est ni l’un ni l’autre.

Les signataires de la tribune : Marie-Laure Basilien Gainche (Professeur de droit à l’université Lyon III), Anne-Laure Chaumette (Maître de conférences en droit à l’université Paris-Nanterre), Thibaut Fleury Graff (Professeur de droit à l’université Rennes I), Julian Fernandez (Professeur de droit à l’université Paris II), Alexis Marie (Professeur de droit à l’université Clermont Auvergne) et Serge Slama (Professeur de droit à l’université Grenoble-Alpes) 

CHILI: L'ENQUÊTE SUR L'AFFAIRE DE MGR BARROS POURRAIT ÊTRE ÉTENDUE À D'AUTRES CAS D'ABUS


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

ISAAC GIVOVICH, VICTIME D'ABUS
SEXUELS DE FRÈRES MARISTES
PHOTO TELE13

Isaac Givovich, au nom des victimes qui ont dénoncé les cas d’abus sexuels commis par les Frères maristes au Chili, a remis le 23 février 2018 une lettre à la nonciature apostolique à Santiago. Ils veulent, eux aussi, être entendus par Mgr Charles Scicluna, l’envoyé spécial du pape François.

JAIME COIRO, PORTE-PAROLE DE LA
CONFÉRENCE ÉPISCOPALE CHILIENNE
PHOTO IGLESIA.CL
 
Mgr Charles Scicluna, l’envoyé spécial du pape François chargé d’enquêter sur les dénonciations visant Mgr Juan Barros. Ce dernier, évêque d’Osorno, est accusé d’avoir couvert les abus perpétrés par le prêtre pédophile Fernando Karadima. Mais des victimes d’autres prêtres pédophiles sollicitent une entrevue avec Mgr Scicluna.

Les Frères maristes s’excusent

LETTRE D’EXCUSES DE LA PART FRÈRES MARISTES
Les Frères maristes du Chili avaient déjà reconnu, le 28 août 2017, une série d’abus sexuels commis par un de leurs religieux sur au moins quatorze jeunes mineurs dans deux écoles de la congrégation entre les années 1970 et 2000. Les religieux ont envoyé une lettre le 19 février 2018, signée par le provincial Saturnino Alonso et le vice-provincial Patricio Pino. Ils reconnaissent les faits et s’excusent les dommages qu’un membre de la congrégation a causés à Isaac Givovich dans son enfance et pour les abus qu’il a subis à l’Institut Alonso de Ercilla. Ils relèvent que les abus commis sont “l’antithèse des valeurs maristes”.

Les victimes des religieux proposent l’établissement d’une commission de vérité, justice et réparation, une instance ecclésiastique réunissant toutes les dénonciations et également toutes les victimes.

Les victimes veulent être entendues

Comme Mgr Scicluna a été hospitalisé en raison d’une affection inflammatoire de la vésicule biliaire qui a nécessité une laparoscopie, l’enquête sur le cas de Mgr Barros reste aux mains de l’Espagnol Jordi Bertomeu, official de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Ce dernier accompagne le prélat maltais qui se relève de son opération à la Clinique San Carlos de Apoquindo.

L’audition des victimes des Frères maristes n’est pas encore assurée, car la décision dépend uniquement de Mgr Scicluna ou du Père Bertomeu. C’est aux envoyés du Vatican de décider s’ils vont élargir les auditions à d’autres cas d’abus sexuels commis par des prêtres, a précisé Jaime Coiro, porte-parole de la Conférence épiscopale chilienne (CEC).

80 condamnations

Depuis la condamnation, en juin 2003, du Père Andrés Aguirre pour sept cas d’abus sexuels et de viols, pas moins de 80 condamnations pour abus sexuels ont été prononcées contre des membres de l’Église catholique chilienne, lors des quinze dernières années.

Jeudi 22 février, le Père Bertomeu a reçu le témoignage à la nonciature Mgr Juan Luis Ysern, évêque émérite du diocèse d’Ancud, au sud du Chili. Ce dernier, dans une lettre ouverte, avait demandé en 2015 à Mgr Barros de renoncer à sa charge d’évêque d’Osorno “pour que la paix revienne dans la communauté” qui le rejetait pour ses liens avec Fernando Karadima.

Excuses présentées aux victimes

Après la réunion avec le Père Bertomeu, Mgr Ysern a déclaré à la presse que quand le pape a qualifié de “calomnies” les accusations contre Mgr Barros, “c’est parfaitement clair qu’il avait tort”.

Dans l’avion, tenant sa traditionnelle conférence de presse au retour de son voyage apostolique au Chili et au Pérou, le pontife avait notamment présenté ses excuses aux victimes d’abus sexuels, regrettant, à propos du cas Barros, d’avoir employé le mot de “preuves” nécessaires pour faire la démonstration de l’existence d’abus. Il avait cependant assuré que “si quelqu’un vient et me donne des éléments, je serai le premier à l’écouter”. Ce sera la tâche de Mgr Charles Scicluna, l’envoyé spécial du pape chargé d’enquêter sur “l’affaire Barros”, d’apporter les éclaircissements nécessaires à une opinion bien fondée. (cath.ch/com/be)



vendredi 23 février 2018

PROCÈS #APPLECONTREATTAC : APPLE CONDAMNÉE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PROCÈS #APPLECONTREATTAC :
APPLE CONDAMNÉE 
PROCÈS #APPLECONTREATTAC : APPLE CONDAMNÉE, ATTAC AGIT POUR « L’INTÉRÊT GÉNÉRAL » L’ordonnance de référé opposant Apple à Attac a été rendue ce vendredi 23 février 2018 : Apple est déboutée de l’ensemble de ses demandes et est condamnée à verser 2 000 € à Attac !
PHOTO ATTAC
par Attac France
Ce jugement était rendu à la suite d’une assignation en référé déposée par Apple devant le tribunal de grande instance de Paris pour empêcher toute future action d’Attac dans ses magasins. Le jugement du tribunal est limpide : « La simple pénétration de militants dans l’enceinte du magasin Apple Store Opéra, ou dans d’autres magasins situés en France, sans violence, sans dégradation, et sans blocage de l’accès du magasin à la clientèle, ne suffit pas à caractériser un dommage imminent justifiant de limiter le droit à la liberté d’expression et à la liberté de manifestation des militants de l’association Attac, qui agissaient conformément aux statuts de l’association, et dans le cadre d’une campagne d’intérêt général sur le paiement des impôts et l’évasion fiscale. »

« APPLE PAIE TES IMPÔTS !»
AFFICHE PCF

Alors que l’évasion fiscale pratiquée par Apple affaiblit les finances publiques, il aurait été scandaleux que la justice protège Apple et condamne une association qui défend l’intérêt général, avec des actions citoyennes non violentes. Au final, non seulement les accusations d’Apple sont rejetées en bloc, - Apple « parle des “actes de vandalisme”, ou des actions ayant mis en péril la sécurité des employés et des clients […] sans en justifier par la production de pièces probantes » -, mais le tribunal confirme le caractère d’intérêt général de la campagne d’Attac.

Comme le rappelle Dominique Plihon, porte-parole d’Attac France : « nos actions visent à ce qu’Apple, la plus grande multinationale du monde, paie sa juste part d’impôts dans les pays où elle exerce réellement ses activités et accepte le redressement fiscal de 13 milliards d’euros que lui réclame la Commission européenne en retirant son recours devant la Cour de justice de l’Union européenne. »

Pour Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac France : « Avec la campagne #ApplePayeTesImpôts, nous avons constaté un ras-le-bol de la grande majorité de la population face à l’impunité fiscale des ultra riches et des multinationales. Au rassemblement du 12 février devant le TGI de Paris, l’ensemble des représentant·e·s associatifs, syndicaux et politiques ont accueilli positivement l’idée d’une “alliance pour la justice fiscale”. Ce jugement est donc un encouragement à poursuivre et amplifier la mobilisation pour que les multinationales paient enfin leur juste part d’impôts. »

Les militant·e·s d’Attac attendent sereinement un éventuel appel d’Apple et vont désormais consacrer toute leur énergie à la préparation de nouvelles actions pour la justice fiscale, notamment à l’occasion de l’examen du projet de loi contre la fraude fiscale prévu avant cet été. Attac invite d’ores et déjà à se mobiliser pour le procès de Nicole Briend le 7 juin à Carpentras (suite à une plainte de BNP Paribas) et pour les 20 ans de notre association prévus le 2 juin prochain à la Bellevilloise à Paris. 



LES PAYS DE L’ASIE-PACIFIQUE S’APPRÊTENT À SIGNER L’ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

NOUVEAU MONDE TPP
ILLUSTRATION WIKILEAKS 

Hanoi (VNA) – Le texte intégral de l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP) a été publié mercredi 21 février, signe que 11 économies membres sont prêtes à le signer au début du mois prochain.
Vietnam plus
ILLUSTRATION ARTE TV
Selon l’agence de presse Reuters, plus de 20 articles ont été suspendus ou modifiés dans le CPTPP par rapport à son « accord prédécesseur », l’accord de Partenariat transpacifique (TPP), après le retrait américain du traité transpacifique en 2017.

Le ministre canadien du Commerce international, François-Philippe Champagne, s’est félicité de la publication du CPTPP dans son intégralité.

Il a fait savoir dans une déclaration que cet accord augmentera son soutien à la classe moyenne en attirant de nouveaux investissements dans la création d’emplois et en élargissant les possibilités d’exportation des entreprises canadiennes vers les marchés d’envergure à la croissance rapide.

Grâce au CPTPP, le Canada aura un accès privilégié à près d’un demi-milliard de consommateurs dans l’un des marchés les plus dynamiques au monde.

Le ministre néo-zélandais du Commerce, David Parker, a déclaré que le CPTPP devient de plus en plus important dans le contexte d’une opposition croissante aux règles de l’Organisation mondiale du commerce.

Il a également estimé "peu probable" que les États-Unis reviennent dans l’accord, et le CPTPP entrera probablement en vigueur d’ici la fin de 2018 ou la première moitié de 2019, a déclaré Parker.

Le ministre australien du Commerce, Steven Ciobo, a pour sa part déclaré que le CPTPP aiderait à créer plus d’emplois en Australie dans tous les domaines, de l’agriculture à la fabrication, à l’exploitation minière et au service.

Auparavant, lors de la réunion du 23 janvier dans la capitale japonaise Tokyo, 11 pays participant aux négociations du CPTPP (Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam) ont convenu du convenu modifié de l’accord.

Les parties prévoient de signer le CPTPP lors du prochain round de négociations au Chili le 8 mars prochain pour que l’accord entre en vigueur au début de 2019. – VNA

jeudi 22 février 2018

POUR LE DÉFENSEUR DES DROITS « LE DEMANDEUR D’ASILE EST MAL TRAITÉ » PAR LE PROJET DE LOI SUR L’IMMIGRATION


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

 PHOTO LA PROVENCE
Le Défenseur des droits estime, dans un entretien au « Monde », que le texte présenté le 21 février en conseil des ministres ne constitue pas la bonne approche du sujet.
[Le projet de loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif », qui a été présenté le 21 février 2018 en conseil des ministres, et sera discuté en avril au Parlement, vise à trois buts :

  • La réduction des délais d’examen de la demande d’asile à six mois, contre quatorze mois aujourd’hui. L’Office français de protection des réfugiés et apatrides et la Cour nationale du droit d’asile devront raccourcir leurs délais de traitement des dossiers. Par ailleurs, les requérants auront quinze jours au lieu d’un mois pour déposer leur recours.
  • L’allongement de la rétention en centre de rétention administrative pourra monter à cent trente-cinq jours, contre quarante-cinq, et la retenue administrative passera de seize à vingt-quatre heures. Des mesures facilitant la prise d’empreintes et punissant les refus entrent dans la loi.
  • La facilitation du séjour avec octroi d’une carte de quatre ans pour les titulaires de la protection subsidiaire et d’une carte « recherche d’emploi » ou « création d’entreprise » pour les étudiants étrangers ­ qui veulent rester en France.]


Entretien. Défenseur des droits depuis 2014, Jacques Toubon suit de près le traitement réservé aux migrants durant les premiers mois de leur séjour en France. Un sujet que l’ex-garde des sceaux trouve symptomatique du sort que l’État réserve aux plus fragiles. A ses yeux, la loi asile et immigration va réduire les droits des demandeurs d’asile.


Présenté en conseil des ministres, le projet de loi asile et immigration sera discuté en avril à l’Assemblée. Une nouvelle loi était-elle selon vous nécessaire ?

Ce sera le 20ème texte, au moins, depuis la fin des années 1970. La loi du 29 juillet 2015 réformait l’asile, celle du 7 mars 2016 le séjour des étrangers. Et comme le Conseil d’État le relève dans son avis sur le projet de loi, une partie des articles de ces deux textes n’était même pas encore mise en œuvre.

Nous devons la vérité au pays : la situation n’appelle pas de loi nouvelle. Le solde migratoire reste le même depuis des années, comme le montrent les données de l’INED et de l’Insee. Le nombre d’entrées et de sorties varie légèrement d’une année sur l’autre, mais ne s’apparente en rien à une « crise » qui nécessiterait de légiférer rapidement. Ce qui m’oblige à conclure que ce texte n’a pas été écrit par un besoin de la société mais pour répondre à l’opinion publique, qui veut sans cesse alimenter de carburant législatif ou réglementaire la chaudière de l’exaspération.

L’argumentaire de la loi établit pourtant qu’elle était nécessaire parce que la France connaît, depuis 2015, les conséquences d’une crise migratoire…

C’est bien la preuve que nous sommes dans un cercle d’irrationalité. Les politiques élaborent des textes dont la motivation première est de se rapprocher de la demande de l’opinion publique et non pour répondre à un besoin de terrain. Nous nous retrouvons face à des textes de loi qui ne correspondent pas à la réalité.

Qu’entendez-vous par « irrationalité » ?

Cette politique n’est pas menée pour changer le réel. Quand le chef de l’État dit, le 27 juillet à Orléans, qu’il ne veut plus de gens qui dorment dehors, il a envie, à juste raison, de modifier cette réalité. Mais ce n’est pas la nouvelle loi qui opérera ce changement. Ce qui m’intéresse, moi, Défenseur des droits, c’est que la manière dont les plus fragiles sont traités soit conforme aux droits fondamentaux, qu’on reconnaisse leurs droits humains universels. Et pour y parvenir, il faut engager une politique de terrain, sereine et délibérée, qui ne nécessite pas de nouveaux outils légaux.

La future loi n’est-elle donc pas adaptée à la situation que connaît la France aujourd’hui ?

Mardi, j’ai visité le centre de premier accueil destiné aux familles migrantes à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) [géré par Emmaüs Solidarité et ouvert en janvier 2017]. C’est un lieu qui évite les nuits à la rue à des gens qui ont parcouru les chemins de l’exil, depuis l’Afghanistan souvent. Là, ils se posent, récupèrent. Leurs enfants sont scolarisés et leurs droits vont être étudiés.

Un centre comme celui-là dispose, selon les dirigeants d’Emmaüs, d’un budget de fonctionnement de 8 millions d’euros annuels [financés par la Ville de Paris et l’État]… Si on en fait 10, avec 80 millions, on aura déjà changé l’accueil et l’orientation. On ne verrait plus chaque jour à la télévision des images dramatiques qui provoquent des réactions stéréotypées. Et si on veut mettre les moyens sur l’accueil, on a besoin seulement de crédits supplémentaires. L’organisation que j’ai vue est à rebours de ce que l’on fait aujourd’hui.

Il s’agit d’organiser les parcours migratoires et cela exige, avec courage, de reconnaître la réalité de la migration. Cela signifie qu’il faut arrêter de faire croire qu’on est capable de « maîtriser les flux migratoires », comme on le dit depuis 1974, pour s’atteler au vrai sujet : construire une politique publique qui organise les parcours migratoires.

Mais l’argumentaire du ministère de l’intérieur, qui estime que favoriser l’accueil ferait monter le Front national, ne vous convainc pas ?

Je connais cet argument de longue date. Je réponds : faisons 8 ou 10 centres de premier accueil comme ceux de la Chapelle, au nord de Paris, ou Ivry, nous risquons d’être surpris de voir combien cela fait baisser la pression. Je répète depuis plus de trente ans que ce n’est pas en s’alignant sur les thèmes du Front national qu’on va faire reculer ses votes.

La vraie réponse est rationnelle et effective. Il faut parvenir à ce que le discours sur l’identité soit de nouveau supplanté par un discours sur l’égalité. D’où l’intérêt du rapport que le député Aurélien Taché a remis lundi 19 février au premier ministre sur l’intégration des étrangers arrivant en France. Investissons sur ce thème et luttons contre la relégation.

Quelle lecture faites-vous des mesures contenues dans le projet de loi ?

Globalement, une courte partie du projet de loi propose une extension de droits pour quelques catégories de migrants. Ce sont des mesures que nous avions préconisées et que nous soutenons, qu’il s’agisse de l’extension de durée des titres de séjour pour les titulaires d’une protection subsidiaire ou de la sécurisation du séjour pour les victimes de violences familiales et les parents d’enfants réfugiés, ainsi que des cartes dédiées pour les étudiants.

Estimez-vous que le demandeur d’asile ressort gagnant de ce texte censé mieux le protéger ?

Contrairement au discours qui veut que tout soit fait en faveur du demandeur d’asile, il est en fait mal traité par ce projet. Il s’y retrouve pris dans des procédures tellement accélérées qu’elles confinent à l’expéditif. On va lui imposer des délais impossibles à tenir, notamment pour déposer un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), qui risquent de lui faire perdre ses droits au recours. En plus, les garanties sont amoindries par des recours non suspensifs de plus en plus fréquents.

On cherche manifestement à donner une préférence à la prétendue efficacité plutôt qu’à la prise en compte du contradictoire et des droits fondamentaux. Or, rester accroché à l’ensemble des droits fondamentaux n’est pas discutable. Je suis chargé d’en demander le respect…

De plus, pour faciliter l’éloignement, on va désormais pouvoir placer en rétention administrative des personnes qui sont en situation régulière et ne font pas l’objet de mesures d’expulsion, ce qui porte atteinte à la liberté d’aller et de venir.

Que nous dit le traitement des exilés sur notre société ?

Ce traitement nous permet de mesurer à quelle distance nous nous trouvons des droits fondamentaux. La population des étrangers et des migrants n’est pas une minorité à part, elle incarne les plus faibles d’entre nous tous.

Evidemment, je ne souhaite pas mettre en accusation ce gouvernement. Ce serait d’autant plus injuste que le traitement réservé aux étrangers en France résulte de décisions successives prises depuis plus de vingt ans. Ce qui est certain, c’est que ce texte s’inscrit dans un mouvement global de restriction de l’accès aux droits et pose la question, que je refuse, de la proportion de laissés-pour-compte que notre société est prête à admettre. Au fond, cela relève de la conception que se fera demain la France du rapport entre l’État et la société. 

VU DE L’ÉTRANGER. LE « TOUR DE VIS » DE LA FRANCE CONTRE LE DROIT D’ASILE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

DES TENTES OCCUPÉES PAR DES MIGRANTS LE LONG
 DU CANAL SAINT-MARTIN À PARIS
PHOTO REUTERS
Le projet de loi sur l’asile et la migration a été débattu en conseil des ministres, ce mercredi 21 février. La presse étrangère y voit un durcissement de la politique d’accueil française et un pari risqué pour Emmanuel Macron.
 DES AVOCATS FRANÇAIS ONT MANIFESTÉ, 
LE 21 FÉVRIER 2018 À PARIS, CONTRE LE 
PROJET DE LOI IMMIGRATION ET ASILE.  
PHOTO PASCAL ROSSIGNOL
le projet de loi asile et migration, porté par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, « se présente comme ‘énergique, sévère et humaniste’ », relate le journal conservateur espagnol ABC, avant d’ajouter: « Mais il semble en réalité très dur contre l’immigration et le droit d’asile, à la fois en termes judiciaires et de maintien de l’ordre, ouvrant la voie à une immigration sélective. »

« Toujours avide de négociation et de compromis, Emmanuel Macron ne raconte pas d’histoire sur l’immigration et suit le vent de l’opinion publique, qui veut plus de fermeté », estime de son côté La Stampa. Le journal italien juge que cette réforme constitue « un véritable tour de vis dans le secteur ».


« La future loi créera un règlement d’un nouveau genre, définissant de nouveaux délits, afin de produire un nouveau modèle d’immigration contrôlée », constate ABC. L’un des principaux objectifs du texte est de réduire à six mois le délai d’instruction de la demande d’asile, notamment en limitant les délais des recours possibles. De plus, ces recours ne seraient plus automatiquement suspensifs. « En résumé, les migrants seront expulsés avant même de connaître leur jugement en appel », souligne La Stampa.

Le texte vise également à faciliter les reconduites à la frontière et pourrait étendre la durée maximale de rétention à 90 jours. « Il érige aussi un nouveau délit, celui de franchissement non autorisé des frontières, détaille le journal italien : jusqu’à un an de prison et 3 750 euros pour ceux qui, par exemple, passeraient d’Italie en France par les Alpes sans entrer par un poste frontière. » 

Une mise à l’épreuve pour la majorité

Ce projet de loi n’est pas sans risque politique pour le président français, pointe El País« Il met à l’épreuve pour la première fois la majorité d’Emmanuel Macron. » Plusieurs députés LRM ont en effet fait part de leur réticence à valider le projet de loi en l’état. Résultat, selon La Stampa, la majorité pléthorique de Macron « pourrait cette fois réserver quelques surprises ».

Côté allemand, la Frankfurter Allgemeine Zeitung souligne que « le sujet divise la société française, ce qui aboutit aux premiers grognements au sein du parti au pouvoir ». Le journal de Francfort rappelle qu’Emmanuel Macron avait toujours défendu le droit d’asile lorsqu’il était en campagne, « et nombreux sont ceux qui l’accusent désormais de tourner le dos à cet humanisme ».




PÉDOPHILIE, L’ENQUÊTEUR DU PAPE HOSPITALISÉ AU CHILI


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« LES LAÏCS D’OSORNO » ONT ÉTÉ REÇUS
PAR LE PRÊTRE JORDI BERTOMEU
PHOTO AGENCIA UNO
Mgr Charles Scicluna, envoyé par le pape au Chili pour y enquêter sur le cas d’un évêque accusé d’avoir couvert un prêtre pédophile, a été hospitalisé à Santiago mardi 20 février pour une opération chirurgicale.
MGR CHARLES SCICLUNA  A ÉTÉ HOSPITALISÉ
PHOTO PABLO PRADENAS
Une opération en urgence qui tombe mal. Alors qu’il venait de commencer une série d’entretiens dans le cadre de son enquête sur Mgr Juan Barros, évêque d’Osorno accusé d’avoir couvert les agissements du père Fernando Karadima, reconnu coupable d’abus sexuels par le Vatican en 2011, Mgr Charles Scicluna a été hospitalisé mardi 20 février à Santiago du Chili.

JOSÉ ANDRÉS MURILLO LORS DE SON ARRIVÉE
À LA NONCIATURE APOSTOLIQUE AU CHILI
PHOTO ATON
Il avait été envoyé par le pape pour écouter tous ceux qui auraient eu à apporter des éléments sur ce cas, et notamment les victimes. François avait décidé de le dépêcher sur place après les vives critiques reçues pour avoir pris la défense de Mgr Barros lors de son voyage au Chili, au mois de janvier. Le pape avait même dû présenter ses excuses dans l’avion qui le ramenait à Rome.

Selon l’archevêché de Malte, dont l’envoyé spécial du pape est titulaire, il devait subir une intervention à la vésicule biliaire, après s’être plaint de douleurs au cours des jours précédents.

JAMES HAMILTON ET SON AVOCAT, JUAN PABLO HERMOSILLA LORS DE LEUR ARRIVÉE À LA NONCIATURE APOSTOLIQUE AU CHILI
PHOTO ATON
De son côté, le porte-parole de la Conférence des évêques chiliens, Jaime Coiro, a indiqué que Mgr Scicluna « était stable et conscient ». Il ne devrait pas rester à l’hôpital plus de deux jours.

Toutefois, a-t-il affirmé, le pape a demandé que les entretiens avec témoins et victimes se poursuivent comme prévu de mercredi à vendredi. D’ici au rétablissement de Mgr Scicluna, ils pourraient être menés par le père Jordi Bertomeu, un Espagnol qui aidait jusque-là l’envoyé spécial en tant que traducteur, retranscrivant aussi les échanges. Mais tout dépendra du temps nécessaire au rétablissement de l’archevêque maltais.

« Main mise » de l’Église chilienne sur l’enquête ?

L’identité et le nombre de personne qui doivent livrer leur témoignage n’a pas été rendu public, pour respecter le souhait d’anonymat de certains, a assuré Jaime Coiro.

Le porte-parole, selon certains observateurs, aurait cherché, en répondant aux questions des journalistes, à « minimiser » la mission de Mgr Scicluna, en soulignant qu’il n’était pas là pour «établir la vérité ou faire justice sur tous les cas d’abus sexuels de l’Église chilienne ». De leur côté, plusieurs victimes du père Karadima craignent une « main mise » de l’Église chilienne et de la nonciature, où se déroulent les auditions, sur l’enquête de Mgr Scicluna.

À lire aussi


Selon l’association « Les laïcs d’Osorno », très engagée pour faire la lumière sur l’affaire Barros, le nonce apostolique à Santiago, Mgr Scapolo, aurait demandé à recevoir en amont des rencontres une copie de ce que les victimes allaient raconter à Mgr Scicluna. Informé, ce dernier a demandé que le document lui soit envoyé à lui, et que les témoins prennent soin d’en prendre un exemplaire lors des entretiens.

Les victimes, particulièrement déterminées, ont par ailleurs vivement critiqué les cardinaux Ricardo Ezzati, actuel archevêque de Santiago, et son prédécesseur Francisco Javier Errázuriz, membre du Conseil des 9 cardinaux chargés de seconder le pape dans la réforme de la curie. Ils sont accusés de « désinformation » sur les agissements du père Karadima.